Dépistage du cancer du col de l’utérus

Le cancer du col de l’utérus touche les femmes quel que soit leur âge, avec un maximum de cancers diagnostiqués autour de 40 ans. Ce cancer présente une évolution lente et le diagnostic peut être fait facilement dès l’apparition de lésions précancéreuses. Il s’agit donc d’un cancer évitable par la pratique régulière du dépistage qui permet un diagnostic et un traitement avant le stade invasif.

LE CANCER DU COL EN QUELQUES CHIFFRES...

3068 nouveaux cas par an en France 1067 décès par an en France 6 millions de frottis de dépistage pratiqués par an en France 60 % seulement des femmes sont régulièrement suivies

Le papillomavirus humain (HPV)

La plupart des cancers du col sont associés à un virus transmis par voie sexuelle, le Papillomavirus humain (HPV). Très fréquent chez la femme jeune, l’infection à HPV régresse spontanément dans la majorité des cas. Cependant, la persistance de l’infection par un virus de type oncogène est associée à un risque plus élevé de développer un cancer du col de l’utérus. La vaccination contre les virus HPV 16 et 18 réservée aux adolescentes avant ou au début des rapports sexuels est aujourd’hui complémentaire à la pratique régulière d’un frottis de dépistage.

Le frottis, premier outil de dépistage

Depuis une cinquantaine d’années, le dépistage par frottis (entre 25 et 65 ans) a révolutionné l’impact du cancer du col de l’utérus. Néanmoins, en France, plus de 40 % des femmes ne réalisent pas de dépistage régulier. Avec l’arrivée des tests d’infection au virus HPV, le médecin dispose aujourd’hui, en cas de frottis équivoques, d’outils de diagnostic complémentaires fiables et robustes. Le cœur du diagnostic reste l’expertise du cytologiste qui procède à la lecture des frottis.

Le médecin et le biologiste au coeur de la prévention

Pour réaliser ce test de dépistage et obtenir un résultat interprétable, la qualité du prélèvement est essentielle. Le prélèvement du frottis en phase liquide est plus rapide pour le praticien. Il permet de réaliser un frottis de meilleure qualité et d’effectuer en fonction du résultat du frottis un test HPV à partir du même prélèvement. En cas de détection d’ASC-US, il n’est donc pas utile de prélever à nouveau la patiente pour demander un test HPV.

Informations pratiques

Le matériel de prélèvement (flacon de conservateur cellulaire ainsi que la brosse permettant de prélever l’exocol et l’endocol d’un seul geste) est fourni sur demande. Tout prélèvement doit être accompagné d’un formulaire de demande d’examen cytologique et comporter impérativement les informations suivantes :

  • Nom et prénom

  • Date de naissance

  • Adresse de la patiente

  • Date de prélèvement et examen demandé

  • Renseignements cliniques et traitements éventuels

Par ailleurs, toute demande doit être accompagnée de la photocopie de l’ordonnance ou des coordonnées du médecin prescripteur. Les résultats sont transmis aux médecins prescripteurs par courrier, par fax ou par impression délocalisée. Le test HPV à partir du même prélèvement peut être demandé simultanément ou dans un délai maximum de 28 jours. Délai pour la technique et la lecture d’un frottis : 5 jours* Délai pour un test HPV : 2 jours*

*Hors délai d’acheminement du prélèvement.